Coaching scolaire (showlist)

  

  

Prendre un rendez-vous ?

 

0475 31 57 49

Boneffe (Eghezée)

Namur

Wavre

  

  

  

Confiance en soi

Autonomie

Motivation

Epanouissement personnel

Orientation scolaire

Choix de vie

Relations

...

Vous êtes ici : AccueilPour qui ?Le profil de l'enfant

Visuel, auditif ou kinesthésique ?

L'école ? C'est pour les visuels ...

La plupart des enseignants aiment la matière qu'ils enseignent et ils voudraient naturellement intéresser leurs élèves à ce qu'ils leur racontent. Ils n'atteignent malheureusement pas toujours cet objectif et se consolent le plus souvent en se disant que « les profs ne sont pas là pour donner aux étudiants ce qu'ils veulent mais bien ce dont ils ont besoin ». Ils finissent ainsi par se convaincre qu'ils savent mieux que les élèves ce qui est bon pour eux ... et tant pis pour ceux qui ne suivent pas ou ne veulent pas suivre ! Les professeurs ne cherchent pas ou plus à rendre leurs cours "sexy" (intéressant) mais ils se bornent à transmettre leur savoir, à charge pour les étudiants de suivre ... ou pas.

Et s'ils ne parviennent pas à suivre, ce sera, forcément, la faute de l'enfant et non celle du prof. L'enfant n'écoute pas ... L'enfant n'étudie pas (assez) ... L'enfant ne travaille pas ... Il est distrait ... Il n'écoute pas en classe ... Il remue sans cesse ...

Or, le problème principal de l'élève n'est pas tellement de s'intéresser au cours (même si c'est important, bien sûr) mais bien de comprendre le cours. On peut dès lors se demander pourquoi l'enseignant ne cherche pas toujours à être écouté et compris, comme si, pour lui, l'important serait de "donner le cours" et de "buser" ceux qui n'ont pas, à ses yeux, fourni les efforts nécessaires pour le mémoriser ?

Le professeur se contente en définitive de suivre "le programme" et l'école, quant à elle, perd totalement de vue le fait que tous les enfants ne sont pas égaux devant l'apprentissage des cours qui leur sont dispensés. Ils n'ont qu'à se débrouiller pour suivre ...

De manière générale, l'école ne tient donc pas compte du profil particulier des élèves. L'enseignement, la méthode d'enseignement, est la même pour tout le monde.

Or, en pratique, pour apprendre, nous utilisons trois de nos sens : la vue, l'ouïe et le toucher.

Nous adoptons en effet tous depuis notre naissance des stratégies différentes pour comprendre le monde qui nous entoure, pour mémoriser les informations que nous recevons et pour "apprendre" de manière générale.

La majorité des enfants ont besoin qu'on leur montre simplement les informations : ce sont les "visuels". Un schéma au tableau, un graphique dans un livre ou une formule sera toujours plus clair à leurs yeux qu'un long discours soporifique.

Certains préfèrent, par contre, recevoir verbalement les informations pour mieux les appréhender : ce sont les "auditifs". Ils répètent les choses dans leur tête pour mieux les comprendre et les mémoriser.

D'autres enfin n'intègrent véritablement les informations que lorsque leur corps est impliqué dans le processus d'apprentissage. Ils ont besoin de toucher, de manipuler, de bouger pour que les informations prennent sens et s'inscrivent dans leur mémoire : ce sont les "kinesthésiques".

Les meilleurs professeurs, les plus appréciés ... mais aussi les plus rares ... utilisent les trois approches en même temps : ils accompagnent leurs explications verbales de schémas, graphiques ou images qu'ils inscrivent ou projettent au tableau et ils mettent régulièrement en scène des expériences scientifiques, des exemples, des exercices  ... pour donner un sens concret à leurs explications.

Ces trois approches pédagogiques se complètent mais il faut bien admettre que, la plupart du temps, elles sont rarement utilisées par le même enseignant dans la même séquence pédagogique.

Le système scolaire privilégie généralement les approches visuelles et auditives. Les kinesthésiques, ceux qui apprennent pas l'expérience, "en faisant", sont lésés. Les professeurs les moins ouverts à la diférence les considèrent souvent comme les élèves les moins intelligents, les cancres, les étudiants les moins attentifs ... alors qu'ils ne font que privilégier une voie d'apprentissage différente qui n'est pas nécessairement "mauvaise".

Cela explique aussi pourquoi on peut être "bon" dans une matière et "moins bon" dans une autre ... Les disciplines littéraires intéressent davantage les profils auditifs. Les disciplines scientifiques s'adressent surtout aux profils visuels. Les disciplines basées sur le savoir-faire (le sport, la technologie, l'art ...) rencontrent pluot les faveurs des profils kinesthésiques. Cette correspondance es'explique notamment par le fait que ces disciplines sont le plus souvent enseignées en privilégiant les canaux d'information susnommés, lesquels correspondent forcément mieux aux élèves qui y sont le plus sensible.

Quelles sont les caractéristiques de mémorisation d'un visuel, d'un auditif ou d'un kinesthésique ?

Le visuel comprendra mieux une leçon avec un schéma, un graphique ou une image. Ils retiendront la matière plus facilement s'ils peuvent souligner et/ou surligner les termes les plus importants. C'est le groupe qui apprend le plus facilement. C'est aussi le groupe privilégié par le système scolaire actuel.

L'auditif prend quant à lui très peu de notes. Il écoute la leçon une ou plusieurs fois et c'est ainsi qu'il parvient à la retenir. Ils ne peuvent donc pas se permettre d'être distraits en cours. A la maison, il étudie ses leçons en lisant ses notes (ou celles qui lui ont été remises) à haute voix. L'apprentissage idéal, pour l'auditif, c'est le cours enregisté qu'il peut réécouter par la suite.

Le kinesthésique a besoin d'être mis en situation pour pouvoir retenir quelque chose. Il doit mettre en scène la leçon. Il doit recevoir des exemples concrets pour pouvoir se projeter et assimiler ainsi les informations. L'enfant aime bouger - ce que les professeurs n'aiment pas - faire des expérience, toucher, ressentir ...

Il est clair que nous ne sommes pas uniquement l'un ou l'autre mais, en pratique, nous avons tous un mode privilégié, une caractéristique dominante. Il faut la reconnaitre pour apprendre à apprendre. C'est le rôle du coach de pouvoir éclairer l'enfant sur ses capacités, ses modes de perception, la manière d'apprendre la plus efficace pour lui.

Le coach doit aussi et surtout aider l'enfant à retrouver confiance en lui. L'échec scolaire n'est pas une tare. Rater une année à l'école, ce n'est pas être soi-même un raté !

Pas convaincu(e) ?

Sachez que Albert Einstein, qui n'est pourtant pas - pour dire les choses clairement - un "con" (sauf erreur), était un très mauvais élève. Il était, comme par hasard, ... kinesthésique. C'est précisément parce qu'il l'était qu'il est devenu un grand physicien. C'est en effet cette différence qui lui a permis de découvrir la théorie de la relativité : il a lui-même expliqué qu'il s'était projeté mentalement dans une certaine situation, ce qui lui a permis de faire cette découverte.

Bref, si votre enfant se trouve actuellement en décrochage scolaire, cela peut être un manque de motivation, un manque d'intérêt, une "fainéantise" naturelle ... mais cela peut aussi s'expliquer tout simplement par le fait que l'enseignement qui lui est donné ne répond pas à son profil pédagogique. Non, il n'est pas idiot ...

Il faut l'aider à apprendre à sa manière, faute pour le système scolaire de lui communiquer ce qu'il est censé apprendre de manière adéquate pour lui.

Les préférences d'apprentissage selon le type

L'apprentissage visuel

L'élève ou l'étudiant visuel apprend habituellement en regardant le cours ou le professeur. Il observe le langage corporel et les expressions du visage de l'enseignant pour mieux comprendre le contenu du cours. Il mémorise en utilisant du matériel visuel (cartes, graphiques, diagrammes, vidéos, notes de cours, plans, diaporamas, schémas ...). Le visuel prend de nombreuses notes et il surligne en couleur les points importants.

Pour pouvoir étudier sereinement et efficacement, il a besoin d'un endroit tranquille à l'écart du bruit.

On peut dès lors recommander aux visuels les méthodes d'apprentissage suivantes :

  • Prendre des notes, beaucoup de notes ... et les classer, les ranger, les mettre en forme
  • Utiliser des tableaux, des graphiques, des plans, des cartes, des illustrations ...
  • Souligner ou surligner le contenu important pour faire le différence entre l'essentiel et l'accessoire

L'apprentissage auditif

L'auditif apprend le mieux en écoutant le professeur. Il aime les cours magistraux, les discussions, les débats d'idées et, plus généralement, les situations qui lui donnent l'occasion de discuter et d'écouter ce que les autres ont à dire.

L'auditif est particulièrement sensible aux sous-entendus qui résultent de la tonalité et de la hauteur de la voix. L'élève se souvient que, à tel moment, le professeur a élevé le ton de sa voix pour mettre en évidence un point important du cours.

On peut lui donner les conseils suivants :

  • Etudier à haute voix
  • Enregistrer les cours et les réécouter le plus souvent possible
  • Mémoriser la leçon en se posant à soi-même des questions et en y répondant à haute voix ou, si l'on préfère, "tout haut dans sa tête"
  • Travailler en groupe, échanger, discuter du contenu des cours

L'apprentissage kinésthésique

Le kinésthésique, parent pauvre de notre éducation scolaire, apprend en bougeant sans cesse, en exécutant, en expérimentant et en touchant les choses. Ce qui l'intéresse, c'est le concret, la pratique.

Il a donc tendance à être distrait s'il n'y a pas de stimulation externe ou s'il reste assis pendant trop longtemps. Ce sont les élèves que les professeurs jugent souvent "difficiles" ... à tort.

Dans un cours magistral, le kinésthésique aime prendre des notes ... mais uniquement parce qu'il peut les embellir avec des illustrations, des diagrammes, des dessins (qui ne semblent pas avoir de rapport avec le contenu du cours) ou même de vagues griffonnages.

Il aime balayer le cours dans son ensemble pour avoir une idée générale avant de se concentrer sur les détails qu'il aime surligner avec des couleurs vives.

La plupart du temps, le kinésthésique étudie en écoutant de la musique, ce qui a le don d'énerver ses parents qui s'imaginent à tort qu'il ne fait rien du tout et se laisse distraire ...

Conseils pratiques ;

  • Faire des pauses, étudier par petites touches
  • Créer son propre environnement de travail, son ambiance personnelle, avec ou sans stimulation musicale
  • Visualiser le processus dans son ensemble avant d'étudier chacune de ses étapes
  • Bouger !
  • Mettre les points importants en évidence, peu importe la manière

Le coach peut aider l'enfant à adopter une méthode de travail qui correspond à son profil pédagogique et l'aidera à retrouver à la fois sa confiance en lui et sa motivation.

Nous sommes à votre disposition pour ce faire ...

   

Coaching scolaire pour qui

Go to top